• Les végétaux de façon pugnace

    Se recroquevillant comme une nasse

    Et ce de façon tenace

    Enserre une informe masse.

     

     

     

    Abandonnée là, une carcasse,

     Se désagrège à la même place.

     

     

    Sous elle, la terre grasse se tasse

    Gardant à tout jamais la trace

    De sa splendeur passée, fugace

     Propriété d’humain qui se lasse.

     

     

    Le temps immuablement passe

    De décennies en guerre lasse.

     

     

    °koukou42°

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 22 Novembre 2019 à 17:48

    Ah, le romantisme des ruines, ... et la nature qui veut  qui veut reprendre ses droits, courageuses plantes. Et beau poème.

    Mais j'enrage de ces carcasses abandonnées.

    2
    Vendredi 22 Novembre 2019 à 18:00
    Passtelle

    Elle va bientôt être complètement digérée ! 

    Jolie trouvaille, et bravo pour les mots qui l'accompagnent... 

    3
    Samedi 23 Novembre 2019 à 09:08

    Bonjour Koukou

    De rutillante époque passée

    Elle se féraille abandonnée

    Une belle ruine en fin de vie

    Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :