•  

    Deux corps qui se pressent et s’enlacent

    Telles les lianes sur branches éparses

    Couple qui se forme comme un long murmure

    Et soupire des plaisirs sans mesure

     

    Deux corps qui se balancent, se tordent

    Telle l’âme d’un violon qu’on accorde

    Deux amoureux éperdus qui roulent

    Tel un canot perdu dans la houle

     

    Deux corps qui transpirent et frissonnent

    Et que leurs gémissements résonnent

    Sous le dais du ciel aux regard des dieux

    A l’unisson, volent aux septième cieux.

     

    Deux corps.

    °koukou42°


    1 commentaire
  • A l’unisson.

     

    Je sens tes lèvres contre les miennes

    Ta bouche comme une fleur s’entrouvre

    Intrusion de ma langue dans ton antre

    Nos deux langues se touchent, s’entremêlent

     

    J’ai envie de parcourir tes courbes

    Merveilleusement dessinées et sculptées

    Mes lèvres parcourant monts et vallées

    Je veux visiter chaque pores de ton corps

    J’envie d’approfondir l’exploration

    De m’introduire dans ton sillon secret

    Je le sais, tu aimes, tu en frémis

    Perdre toute maîtrise de toi-même

     

    Tu laisses échapper plaintes de plaisirs

    Puis nous ne faisons plus qu’un maintenant

    Dans cette impression de n’être qu’un seul être

    Nos deux entités, unis dans l’oubli.

     

    °koukou42°

     

     


    1 commentaire
  • Derniers feux.

     

     

    Se parant de brume comme d’une étole

    Recouvrant les plaines et les forêts

    De son manteau fauve elle se revêt

    Pendant que toute la vive flore s’étiole.

     

    Dame Nature magnifie cette saison

    Nous ravissant de ses palettes camaïeux

    Qui vagabondent sur les monts et les vallons

    Pour l’immense plaisir de nos âmes, de nos yeux. 

     

    J’aime ce magnifique moment qu’est l’automne

    Enrubanné de sa pourpre mantille

    Tendit que lentement les feuilles oscillent

    Avant l’hiver ; période plus monotone.

     

     

    °koukou42°

     

     


    1 commentaire
  • Voici un court conte d’automne

    Avec ses couleurs chatoyantes

    Et toute ses feuilles jaunissantes

    Tandis que là-bas, le glas sonne

     

    Conte d'automne.

     

    Il retentit aux souvenirs

    De l’été qui vient de finir

    Des moments passés au soleil

    Sous ses doux rayons vermeils

     

    Conte d'automne.

     

    Je suis au chaud dans ma maison

    Tandis que les animaux hument,

    Frémissants le nez dans la brume

    Le parfum frais des champignons.

     

    Conte d'automne.

     

    °koukou42°


    3 commentaires
  • Doux rêve.

     

    En une sombre nuit bitume

    S’insinue en moi une image

    Je la ressens très bien, la hume

    Floconneuse comme un nuage

    Elle m’enveloppe comme brume

    Vaporeuse comme un mirage.

     

    Elle s’installe en moi…Piratage

    M’échauffe les sens. J’écume

    Une danse effrénée s’engage

    Qui du fer chaud qui de l’enclume ?

    Mon corps trésaille. Bel orage

    Doux rêve très osé. J’assume.

     

    Mon corps est ruisselant, en nage

    Je m’éveille, la lumière allume

    Le lit en bataille. Carnage

    Edredon crevé, volent les plumes.

     

    °koukou42°


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique