• Sacrifice.

    Sacrifice.

     

    De la famille des conifères

    Je vivais heureux en forêt

    Du gai printemps au vif hiver

    Tranquillement dans mon bosquet

     

     

    Avec leurs engins de terreurs

    Ils sont venus à matines

    Et pour mon plus grand malheur

    Ils m’ont coupé de mes racines

     

     

    Comme beaucoup d’autres de mon essence

    Tous prisonniers en leurs salons

    De notre air pur, je pleure l’absence

    De ma montagne en cette saison.

     

    °koukou42°


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Janvier à 20:58

    Cela me fend le coeur.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :